APIS-GENE - INVESTIR - INNOVER - VALORISER
> Actualités
Actualités

Actualité R&D de la filière des ruminants

  • 23 janvier 2020

    Portrait : une passion tenace pour les moutons

    Gaëtan Audoin, installé depuis septembre 2018 et Jacques Léridon, le cédant. Ils sont entrés en contact à l'occasion d'un Farm dating de la Chambre d'agriculture de Maine-et-Loire. - © AA

    Gaëtan Audoin, 2ème prix à l’installation JA 2019, est installé à Nyoiseau (Maine-et-Loire) où il élève brebis, vaches limousines et développe la vente directe. Son exploitation, le jeune éleveur l’a trouvée grâce à un Farm dating de la Chambre d’agriculture.

  • 22 janvier 2020

    Agriculture. Le colostrum, un lait qui vaut de l’or

    Florian Denorme, éleveur laitier à Vacognes-Neuilly (Calvados), participe à la collecte de colostrum. Comme 250 éleveurs bas-normands | OUEST-FRANCE

    La coopérative Prospérité fermière Ingredia étend la collecte du colostrum – le lait des vaches qui viennent de vêler – à la Normandie et offre ainsi un complément de revenu pour les éleveurs.

  • 21 janvier 2020

    La médiation s’impose dans l'agricuture bretonne

    Un bilan d’activité d’Agri médiation Bretagne très suivi, le 7 janvier dernier à Noyal-Pontivy

    Sortir du conflit et renouer le fil du dialogue rompu entre agriculteurs d’une même ferme, c’est tout l’enjeu d’Agri Médiation Bretagne. Opérationnelle depuis plus d’un an, la cellule de médiateurs bretons, tous agriculteurs et formés, opère en toute neutralité et confidentialité dans les quatre départements bretons. Bilan.

  • 21 janvier 2020

    A l’agnelage, la position en siège est à risque

    Une astuce pour vérifier la position de l’agneau : les pattes avant forment un U et les pattes arrière un Z, ce qui est facilement identifiable à l’intérieur de la brebis. - © L. SAGOT

    Lors de la mise-bas, la présentation arrière de l’agneau est toujours une position à risque. 

    Si les deux pattes sont dépliées (onglons à l’envers), l’agneau est engagé doucement par l’opérateur jusqu’à voir les jarrets. Puis il est extrait rapidement. Mais parfois, on ne trouve que la queue et les pattes repliées à l’intérieur (voir schéma avec une astuce pour indentifier les pattes arrière des pattes avant).

  • 20 janvier 2020

    L'Inra devient l'Inrae avec un "e" pour environnement

    Dévoilement plaque Inrae

    C'est fait. L'Inra (Institut national de recherche pour l'agriculture) est désormais devenue l'Inrae. Un E rajouté pour Environnement. Née le 1er janvier 2020 de la fusion de l’Inra et d’Irstea (Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture), l'Inrae, présent dans la technopole avec l'Institut Sophia Agrobiotech (200 personnes), se présente comme un nouvel acteur majeur de la recherche et de l’innovation en agriculture, alimentation et également en environnement, un des grands défis à relever aujourd'hui.

  • 19 janvier 2020

    Quatre agricultrices qui ont de l’énergie à revendre

    Quatre agricultrices qui ont de l’énergie à revendre

    Elles s’investissent sur leur exploitation en particulier et pour l’agriculture en général : créer une nouvelle marque, développer une filière ou œuvrer pour changer les lois sont des défis qu’elles ont relevés. Retrouvez quatre témoignages, publiés par Pleinchamp en 2019, d’agricultrices ayant de l’énergie à revendre.

  • 18 janvier 2020

    Noms de vaches et taureaux. 2020 : l'année de la lettre R pour nommer veaux, chèvres, brebis, chiens, chats

    Vous avez d'autres idées de noms en R pour 2020 ? Mettez-les en commentaires ! (©Terre-net Média)

    2020 est l'année des noms commençant par la lettre R pour les veaux, chèvres, brebis, chiens, chats... sauf pour les chevaux dont c'est l'année du K. Voici quelques exemples afin d'éviter de vous creuser trop la tête.

  • 18 janvier 2020

    Le concours d'idées est lancé auprès des écoles d'agriculture, d'agronomie et vétérinaires !

    Affiche

    Le règlement et les inscriptions du concours d’idées « Imagine l’élevage de veau de boucherie de demain » sont téléchargeables ci-dessous. 

  • 17 janvier 2020

    Charolaise, la star des allaitantes.

    Photo : Salon de l'Agriculture

    « Une tête courte, un museau large avec une bonne barre de coupe, de belles cornes arrondies revenant parfaitement vers ses yeux en forme de croissant autrement appelées cornes cabettes (pour les initiés), un dos large et musclé, des cuisses épaisses. […] Très maternelle, elle vêle avec régularité une fois par an. »

  • 17 janvier 2020

    Hackthon Pastoral

    Arnaud Lardé

    La rencontre entre les bergers et le numérique au Salon international de l'Agriculture - Paris, 21-23 février 2020.

  • 16 janvier 2020

    Dans les bottes de… Katell Delaby, vétérinaire en milieu rural

    Katell Delaby est vétérinaire à Loudéac depuis trois ans et demi. Spécialisée dans les animaux d’élevage, elle visite chaque jour plusieurs fermes des alentours de Loudéac pour se rendre au chevet d’animaux, principalement des bovins. (Le Télégramme/Manuella Binet)

    De fermes en fermes, elle ausculte, écoute, prescrit. Katell Delaby est vétérinaire de campagne, un métier qui, sans être une vocation, est pour elle une vraie passion.
     
    Elle a choisi de se spécialiser dans les animaux d’élevage, parce qu’elle aimait les « gros animaux » et elle ne le regrette pas. Katell Delaby, Rennaise d’origine, est vétérinaire à Loudéac. Chaque jour, après quelques consultations de chiens ou chats, elle prend la route pour aller soigner des vaches. Pourtant, aucune de ses journées ne se ressemble vraiment.

  • 15 janvier 2020

    Santé du troupeau. Tout savoir sur les mycotoxines grâce au site InfoMycotoxines.fr

    Une bonne gestion des mycotoxines passe avant tout par un bon diagnostic et une bonne connaissance du risque en exploitation. (©Alltech)

    Que sont les mycotoxines ? Que causent-elles ? Y-a-t-il un risque pour mon troupeau ? Comment gérer la menace ? Spécialiste de la nutrition animale, la société Alltech lance son site InfoMycotoxines.fr pour sensibiliser les agriculteurs.

  • 14 janvier 2020

    Pourquoi l'Inra crée la première nursery pour veaux

    Chaque veau est échographié toutes les trois semaines pour mesurer l'évolution des tissus adipeux, par exemple. (DR)  Par  Stephane Frachet

    Depuis cet automne, l'Inra Val-de-Loire a ouvert une nursery, qui est à mi-chemin entre la ferme et le laboratoire, pour étudier la croissance des bovins. L'enjeu est majeur pour les éleveurs laitiers en France, où les vaches donnent leur premier litre de lait vers 30 mois, contre 24 aux Etats-Unis. L'objectif est d'essayer de combler ces six mois de creux dans leur trésorerie. Stéphane Frachet

  • 10 janvier 2020

    Naissance d'INRAE, nouvel acteur majeur de la recherche et de l'innovation en agriculture, alimentation et environnement

    Naissance d'INRAE, nouvel acteur majeur de la recherche et de l'innovation en agriculture, alimentation et environnement

    INRAE, l’institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement, est né le 1er janvier 2020 de la fusion de l’Inra et d’Irstea. INRAE devient par sa taille et l’étendue de ses domaines de recherche le premier organisme de recherche spécialisé au monde en agriculture, alimentation et environnement. 
    Il a été lancé officiellement ce jour par Frédérique Vidal, Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation et Didier Guillaume, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, aux côtés de Philippe Mauguin, Président directeur général d’INRAE.
     

  • 18 décembre 2019

    Bernard Malabirade, élu président d’Allice

    Bernard Malabirade, Président d'Allice

    Bernard Malabirade a été élu président d’Allice, union nationale des entreprises de sélection génétique et reproduction animales, mercredi 18 décembre 2019 à Paris. Agé de 55 ans, cet éleveur de blondes d’Aquitaine établi dans le département du Gers siégeait au conseil d’administration d’Allice en tant que vice-président. Il a été élu à l’unanimité des membres du conseil d’administration votant. Ancien président de la coopérative d’insémination Gen’ Adour et administrateur d’Auriva, il est également depuis juin 2017, président de la Chambre d’agriculture du Gers. « Très consciente des enjeux de l’élevage français, la fédération Allice doit être en capacité d’amener des réponses qui serviront l’intérêt des éleveurs », explique le nouveau président d’Allice qui souhaite notamment mettre davantage la génétique au service des grands enjeux environnementaux et sociétaux auxquels se trouve confronté l’élevage. Bernard Malabirade succède à Michel Cètre, éleveur dans le Jura, qui assurait la présidence d’Allice depuis 10 années.