APIS-GENE - INVESTIR - INNOVER - VALORISER
> Actualités
Actualités

Actualité R&D de la filière des ruminants

  • 05 juin 2020

    CP Allice/FCEL : COVID-19 : Toujours mobilisés, restons vigilants

    CP Allice/FCEL : COVID-19 : Toujours mobilisés, restons vigilants

    La France revit mais les mesures barrières restent essentielles pour garantir la santé de chacun et maintenir les services dans les élevages. La distanciation physique, le lavage des mains très régulièrement ou l’usage de gel hydroalcoolique, le port du masque par tous dès lors que les distances ne peuvent être respectées, restent de mise.  
    A l’heure du processus de déconfinement et de la reprise de toutes les activités, les entreprises de reproduction animale et de conseil en élevage appellent chacun au devoir de vigilance pour que les conseillers, techniciens, inséminateurs, contrôleurs, peseurs ou pointeurs puissent intervenir dans les élevages en toute sécurité. Elles rappellent qu’il est indispensable de respecter les mesures barrières mises en place depuis le début de l’épidémie qui, même si elles sont contraignantes, ont fait la preuve de leur efficacité. 
    Ces mesures ont permis notamment de maintenir sur presque tout le territoire le service de l’insémination, même pour les ovins et les caprins ; elles permettent aujourd’hui de reprendre toutes les interventions en élevage comme le contrôle des performances et le conseil en élevage, tout en préservant la santé des salariés et des éleveurs qui demeurent un enjeu majeur. 
    En l’état actuel, rappelons que l’épidémie n’est pas terminée, et qu’un cas détecté entraîne systématiquement un isolement de 15 jours, pour tout l’entourage professionnel et familial lorsque les mesures barrières n’ont pas été respectées. Ce qui signifie un arrêt, partiel voire total, de l’activité d’une équipe.  
    Dans la présente phase 2 du plan de déconfinement, le décret n° 2020-663 du 31 mai 2020 actualisant les mesures générales pour faire face à l’épidémie de covid-19 rappelle d’emblée que les gestes barrières et la distanciation physique «doivent être observées en tout lieu et en toute circonstance» et rappelle dans son annexe 1 que « Les masques doivent être portés systématiquement par tous dès lors que les règles de distanciation physique ne peuvent être garanties ».  
    Tous ensemble, nous avons tenu bon. Ne baissons pas la garde jusqu’à la fin de l’épidémie ! 
     

  • 04 juin 2020

    Landes : la Clé des champs, un podcast pour pousser la porte du monde paysan

    La jeune femme a grandi à Mont-de-Marsan, mais ses grand-parents ont une exploitation à Pomarez © Crédit photo : Thibault Toulemonde

    Montoise installée à Paris, Louise Lesparre (31 ans) veut créer du lien entre les urbains qu’elle côtoie et le monde agricole d’où elle vient. En invitant à écouter ses discussions avec des paysans d’ici et d’ailleurs. 

  • 04 juin 2020

    Landes : la Clé des champs, un podcast pour pousser la porte du monde paysan

    La jeune femme a grandi à Mont-de-Marsan, mais ses grand-parents ont une exploitation à Pomarez © Crédit photo : Thibault Toulemonde

    Montoise installée à Paris, Louise Lesparre (31 ans) veut créer du lien entre les urbains qu’elle côtoie et le monde agricole d’où elle vient. En invitant à écouter ses discussions avec des paysans d’ici et d’ailleurs. 

  • 04 juin 2020

    La qualité du lait français grimpe

    Le taux de matière utile du lait de vache et de chèvre augmente. © Sébastien Champion

    D’après la synthèse des résultats du contrôle laitier de 2019, le nombre de lactations qualifiées en bovins et caprins est en repli mais la qualité de leur lait s’améliore. En ovins, les effectifs en contrôle laitier officiel restent stables.

  • 03 juin 2020

    Grand-Est : Au lycée Jean-Mermoz, pas encore d’élèves mais des brebis !

    L’équipe de direction au chevet d’un troupeau d’ovins… L’éco-paturâge est en marche… Photo L’Alsace /P-B.M.

     Au lendemain du déconfinement, la mobilisation éco-citoyenne se poursuit au sein du lycée Mermoz, le plus grand établissement scolaire de l’académie de Strasbourg. Plus que jamais, ce dernier est considéré comme un « lycée pilote » vert par le conseil régional Grand-Est.

  • 03 juin 2020

    Un projet pour évaluer le bien être des taurillons en ateliers d’engraissement

    © S.Bourgeois-archives

    Garantir la faisabilité et la fiabilité d’une évaluation du bien-être des jeunes bovins en ateliers d’engraissement et ce, sans risque majeur pour les observateurs, l’Institut de l’élevage pilote le projet BeBoP. Son objectif : développer des méthodologies d’évaluation du bien-être des bovins en parcs d’engraissement.

  • 02 juin 2020

    Signalement Tiques. Aidez la recherche avec une application pour cartographier les piqûres en France

    La tique peut être porteuse de la Borrélia et la transmettre en piquant (photo d’illustration)

    Un tique vous a choisi pour se sustenter ? La recherche a besoin de vous. Via l’application « signalement tiques » toute victime de ces parasites hématophages peut aider à cartographier le risque de piqûre en France et ainsi permettre une meilleure prévention.

  • 02|06|20

    Contrôle laitier : la situation cellulaire continue de s’améliorer en bovins

    L’Institut de l’élevage, France conseil élevage et le Comité national brebis laitière (CNBL) ont publié le 19 mai 2020 les résultats du contrôle laitier des élevages bovins, ovins et caprins pour l’année 2019.
     
    Premier fait marquant : pour la filière bovine, « l’amélioration de la situation cellulaire observée depuis plusieurs années se confirme ». La proportion de lactations, avec une numération cellulaire de l’ensemble des contrôles inférieure à 300 000 cellules, est de 49,6 % (plus que les 41,1 % de 2009). Celle des lactations comptant au moins deux contrôles supérieurs à 800 000 cellules atteint 12,7 % (moins que les 16,8 % de 2009).

  • 01 juin 2020

    Prévenir le parasitisme au pâturage

    Illustration 1

    À partir de la mise à l’herbe, les bovins sont exposés à des parasites digestifs qui peuvent entraîner des diarrhées aiguës ou des baisses de performances, notamment chez les animaux de moins de 2 ans.

  • 30 mai 2020

    Bos taurus - Définition et Explications

    Bos taurus

    Bos taurus (Linnæus, 1758), ou Bos primigenius taurus, ou Bos primigenius f. taurus, est le nom scientifique donné à l'ensemble des bovins domestiques de l'Ancien Monde issus des différentes sous-espèces de Bos primigenius, l'aurochs sauvage. Deux sous-espèces principales existent : Bos taurus taurus, la vache domestique d'Europe, et Bos taurus indicus, le zébu. Il s'agit d'un animal ruminant de grande taille (120 à 150 cm pour 600 à 800 kg).

  • 29 mai 2020

    Quand vos cultures envoient des SMS

    Des chercheurs ont injecté des capteurs à des plantes qui sont capables grâce à une intelligence artificielle de déterminer l’origine d’un stress. © MIT

    Après le robot de traite et la vache prête à vêler, ce sont bientôt vos cultures qui vous enverront des SMS à toute heure du jour et de la nuit. Des chercheurs de l’université américaine MIT (Massachusetts Institute of Technology) ont mis au point des capteurs microscopiques capables de détecter le stress des cultures et de déterminer leur origine.

  • 28 mai 2020

    Une nouvelle plateforme de vidéo à la demande dédiée à l'agriculture

    Image tirée du site CultivonsNous.tv ©CultivonsNous.tv

    Alors qu'en 2019, le film "Au nom de la Terre" a éveillé les consciences sur les conditions méconnues et souvent difficiles dans lesquelles évoluent les agriculteurs, Édouard Bergeon, le réalisateur du film, et Guillaume Canet, l’acteur principal, unissent à nouveau leurs forces en lançant "CultivonsNous.tv", une chaîne de télévision en ligne se consacrant au monde agricole.

  • 07|04|20

    INFORMATION Covid-19

    Dans le contexte actuel, le calendrier de l’Appel A Projet a été modifié. Vous pouvez le consulter en cliquant ici

  • 19 mars 2020

    COVID-19 Les entreprises de sélection génétique et de reproduction animales assurent la continuité des activités essentielles à la production agricole

    COVID-19 les entreprises de sélection génétique et de reproduction animales assurent la continuité des activités essentielles à la production agricole

    Suite aux mesures de confinement décidé par le gouvernement pour lutter contre la propagation mondiale du Covid-19, les entreprises de sélection génétique et de reproduction animales ont déclenché un plan de continuité d’activité pour répondre aux besoins impératifs des éleveurs et de la production agricole, tout en préservant la santé de leurs salariés, des éleveurs et de leurs familles.

    En tant qu’entreprises de services aux éleveurs, pilotées par des éleveurs, notre mission est d’assurer la reproduction des animaux de manière à garantir dans les mois à venir les naissances qui permettront de produire du lait et de la viande.

    Dans le respect des mesures barrières sanitaires en vigueur, nous maintenons la continuité de service pour la production de semence, le transport et la livraison des doses de semences, l’insémination, le génotypage ainsi que toutes les activités support indispensables à la bonne réalisation des actes en élevages, dans les stations de mâles et dans les laboratoires. Ce maintien de service est rendu possible grâce à une réorganisation et une simplification du  travail des techniciens en recherchant la plus grande autonomie dans la réalisation des actes techniques, permettant de limiter au maximum les situations de contact physique et d’échange avec les éleveurs. La tension qui apparait au fil des jours pour garantir le service nécessite néanmoins que toutes les mesures soient mises en œuvre pour que le technicien intervienne le plus efficacement possible : isolement des animaux, bonne contention, matériel pour gérer les déchets.

    Les autres services impliquant des contacts physiques, non indispensables ou qui peuvent être repoussés, sont suspendus jusqu’à nouvel ordre.

    Face à cette situation exceptionnelle, nous nous engageons pour ne pas rompre un des maillons indispensables à la production alimentaire et remercions nos salariés pour leur professionnalisme et leur dévouement pour rester aux côtés des éleveurs.

     

    Ces dispositions sont prises à date et sont susceptibles d’évoluer en fonction de la situation épidémique.

  • 23 avril 2019

    Certificats de qualification professionnelle de la branche : la première formation de professionnels évaluateurs a eu lieu !

    Certificats de qualification professionnelle de la branche : la première formation d'évaluateur a eu lieu !1

    Pour accompagner les mutations de l’élevage et renforcer l’attractivité des métiers, les partenaires sociaux de la branche sélection et reproduction animales (SNCIA d’une part, et la FGA CFDT et l’UNSA2A d’autre part) ont signé, le 3 octobre 2017, un accord national relatif à la création de deux Certificats de Qualification Professionnelle (CQP) : Technicien Conseil en Gestion de la Reproduction Animale (TCGRA) et Animateur de Techniciens d’Insémination en Reproduction Animalière (ATCRA).

    Dans le cadre du déploiement de ces CQP, les professionnels évaluateurs, qui interviennent dans l’évaluation finale des candidats, ont été formés le 17 avril dernier par OPCALIM.

    Soulignons par ailleurs que l’Anféia a obtenu le titre d’organisme évaluateur des CQP de la branche par l’OPCALIM. A ce titre, l’Anféia pilote le dispositif d’acquisition des CQP et prend notamment en charge l’inscription des candidats ainsi que l’organisation et la réalisation des évaluations. Au-delà de l’accompagnement des candidats sur la démarche d’évaluation, l’Anféia vous propose également des parcours de formation sur mesure pour développer les compétences nécessaires à l’obtention du CQP.

    Des entreprises ont déjà engagé auprès de certains de  leurs salariés des démarches CQP. Pour ces derniers, c’est au cours du dernier trimestre 2019 que les jury finaux auront lieu pour la délivrance de ces CQP.

    La machine est désormais lancée !

    Pour tout renseignement n’hésitez pas à vous rendre sur la page dédiée aux CQP de la branche sur le site de l’Anféia, en cliquant ici