APIS-GENE - INVESTIR - INNOVER - VALORISER
> Actualités
Actualités

Actualité R&D de la filière des ruminants

  • 06 avril 2021

    En quoi microbiote et métabolisme ruminaux diffèrent avec la sélection génomique ?

    microbiote et métabolisme ruminaux

     
    Lignées divergentes, microbiote et métabolome ruminal pour comprendre les phénotypes des ovins.

  • 06 avril 2021

    Première édition des Journées Nationales de l’Agriculture les 18, 19, 20 juin 2021.

    Première édition des Journées Nationales de l’Agriculture

    Cette première édition, qui se tiendra sur l’ensemble du territoire, proposera à chaque citoyen de découvrir son patrimoine agricole et alimentaire, en visitant des sites de production, d’enseignement agricole, d’expérimentation, de recherche et des sites de transformation.

  • 06 avril 2021

    Les différentes causes de la torsion utérine chez les bovins.

    Les différentes causes de la torsion utérine chez les bovins.

    La torsion de matrice est plus fréquente chez les bovins que chez d’autres espèces d’animaux domestiques.
     

  • 06 avril 2021

    PayZZage ! le jeu du puzzle paysager.

    PayZZage ! le jeu du puzzle paysager.

    Développé par l’UMR BAGAP et le centre Inrae de Bretagne-Normandie,son but est de réfléchir au rôle des agriculteurs dans la construction d’un paysage qui favorise la biodiversité et la présence d’auxiliaires de cultures, tout en réduisant la présence d’adventices.
     

  • 06 avril 2021

    Chèvre ou moutons, qui est le plus intelligent ?

    Chèvre ou moutons, qui est le plus intelligent ?

    Les deux espèces ne réagissent pas aussi vite aux modifications de leur environnement..

  • 06 avril 2021

    Temple Grandin, une experte autiste en zootechnie œuvrant pour le bien-être animal.

    Temple Grandin

    Plaçant le bien-être animal au centre de ses innovations, elle est au fil du temps devenue experte dans la conception d’équipements à destination du bétail.
     

  • 06 avril 2021

    Projet Go-Meat - À la recherche d’innovations pour des élevages bovins allaitants plus durables.

    Projet Go-Meat

    Accompagner les éleveurs de bovins viande du bassin charolais à adopter des innovations technologique et numérique adaptées aux besoins et aux enjeux de leur troupeau, voilà l’objectif de Go-Meat.
     

  • 06 avril 2021

    Et le fromage préféré des français est…

    Et le fromage préféré des français est…

    L’amour des Français pour le fromage est toujours au zénith. La consommation relevée en 2020 a connu une forte hausse d’après le panel Kantar pour FranceAgriMer, soit +8,2%.

  • 06 avril 2021

    Le gène du mouton à quatre cornes.

    Le gène du mouton à quatre cornes.

    La mutation d’un gène architecte chez certains ovins explique la présence d’individus munis de deux paires de cornes.
     
    Aurélien Capitan, chercheur de l’union de coopératives d’élevage Allice et de l’université Paris-Saclay, de l’Inrae, et ses collègues ont suivi une piste originale pour en savoir plus.

  • 26 janvier 2021

    COMMUNIQUE DE PRESSE AWE - Génomique : une nouvelle ère s'ouvre pour le Blanc Bleu Belge

    COMMUNIQUE DE PRESSE AWE - Génomique : une nouvelle ère s'ouvre pour le Blanc Bleu Belge

    L’awé groupe vient de publier les premiers index génomiques en race Blanc-Bleu Belge, après plusieurs années de recherche. C’est maintenant une nouvelle ère qui débute pour les éleveurs. Grâce à la sélection génomique, ils pourront à l’avenir avoir recours à des critères de sélection comme la santé, l’efficience alimentaire, la durabilité et de manière générale, tout ce qui touche à la fonctionnalité des animaux. C’est une réelle innovation de rupture dans le monde du BBB : il y a eu un avant et il y aura un après.
     

  • 30 octobre 2020

    Près de 500 000 exploitations recensées pour dresser le portrait de l’agriculture française

    Le recensement agricole, on compte sur vous !

    L’édition 2020 du recensement agricole se déroulera entre octobre 2020 et avril 2021. Toutes les exploitations de France métropolitaine et des départements d’outre-mer sont concernées.
     
    Organisé tous les 10 ans en France et simultanément dans tous les pays européens, le recensement agricole vise à collecter de façon exhaustive un nombre très important de données sur l’agriculture française et ses exploitants. Aucun autre dispositif ne permet d'obtenir des informations avec un tel degré de précision et d'exhaustivité sur ce secteur majeur de notre économie.
     
    Précise et complète, cette photographie régulière de l’agriculture française permet d'alimenter des travaux de comparaisons internationales, de recherche, de prospective, d'éclairage pour la conduite des politiques publiques, – mesure des transformations, aides aux agriculteurs, aménagement du territoire, labels de qualité, etc. - et représente une aide précieuse mise à disposition du monde agricole et de ses partenaires dans leurs prises de décision.
     
    Une très grande majorité d’exploitants pourra directement répondre au questionnaire via internet, de manière totalement sécurisée. Par ailleurs, un échantillon d’environ 70 000 exploitants en métropole ainsi que l’intégralité des exploitants de Corse et des départements d’Outre-mer recevront la visite d’un enquêteur. Ils seront amenés à répondre, en plus du questionnaire de base, à des questions plus approfondies portant sur certaines thématiques.
     
    Le recensement agricole est organisé par le Service de la statistique et de la prospective et les services statistiques régionaux du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation. Les données collectées dans le cadre du recensement agricole ne sont utilisées qu'à des fins statistiques ou des travaux de recherche scientifique ou historique. Leur hébergement sécurisé fait l'objet d'une grande attention.
     
    Le recensement agricole c’est simple et rapide.
    Pour plus d’information, rendez-vous sur recensementagricole2020.fr
     

  • 08 octobre 2020

    Daniel PERRIN, nouveau Président d’APIS-GENE

    Daniel PERRIN, nouveau Président d’APIS-GENE

    Monsieur Daniel PERRIN a été élu à l’unanimité Président de la SAS APIS-GENE, mardi 29 septembre 2020 à Paris. 
     
    Daniel PERRIN reprend le flambeau de Michel CETRE, éleveur de Montbéliardes retraité, qui a assuré pendant 10 ans la Présidence d’APIS-GENE, portant les messages de mutualisation et d’innovation au service des filières auprès de l’ensemble des acteurs publics et privés.
    Eleveur de Prim’Holstein en Meurthe-et-Moselle, Daniel PERRIN est très impliqué dans les filières d’élevage en tant qu’’administrateur de la CNE, d’Idele et du CNIEL, au travers de ses fonctions de Secrétaire général de la FNPL et de Président de la Commission Sciences et techniques du lait. Daniel PERRIN est animé par cette même volonté de maintien du collectif et met un point d’honneur à maintenir « la place des filières dans la génétique ».  Pour cela, il souhaite « faire connaître la recherche au grand public et valoriser rapidement sur le terrain ». 
     
    Bernard MALABIRADE, Président d’Allice, a été désigné pour représenter APIS-GENE au niveau du GIS Avenir Elevages et en assure par conséquence la Vice-Présidence. 

  • 05 juin 2020

    CP Allice/FCEL : COVID-19 : Toujours mobilisés, restons vigilants

    CP Allice/FCEL : COVID-19 : Toujours mobilisés, restons vigilants

    La France revit mais les mesures barrières restent essentielles pour garantir la santé de chacun et maintenir les services dans les élevages. La distanciation physique, le lavage des mains très régulièrement ou l’usage de gel hydroalcoolique, le port du masque par tous dès lors que les distances ne peuvent être respectées, restent de mise.  
    A l’heure du processus de déconfinement et de la reprise de toutes les activités, les entreprises de reproduction animale et de conseil en élevage appellent chacun au devoir de vigilance pour que les conseillers, techniciens, inséminateurs, contrôleurs, peseurs ou pointeurs puissent intervenir dans les élevages en toute sécurité. Elles rappellent qu’il est indispensable de respecter les mesures barrières mises en place depuis le début de l’épidémie qui, même si elles sont contraignantes, ont fait la preuve de leur efficacité. 
    Ces mesures ont permis notamment de maintenir sur presque tout le territoire le service de l’insémination, même pour les ovins et les caprins ; elles permettent aujourd’hui de reprendre toutes les interventions en élevage comme le contrôle des performances et le conseil en élevage, tout en préservant la santé des salariés et des éleveurs qui demeurent un enjeu majeur. 
    En l’état actuel, rappelons que l’épidémie n’est pas terminée, et qu’un cas détecté entraîne systématiquement un isolement de 15 jours, pour tout l’entourage professionnel et familial lorsque les mesures barrières n’ont pas été respectées. Ce qui signifie un arrêt, partiel voire total, de l’activité d’une équipe.  
    Dans la présente phase 2 du plan de déconfinement, le décret n° 2020-663 du 31 mai 2020 actualisant les mesures générales pour faire face à l’épidémie de covid-19 rappelle d’emblée que les gestes barrières et la distanciation physique «doivent être observées en tout lieu et en toute circonstance» et rappelle dans son annexe 1 que « Les masques doivent être portés systématiquement par tous dès lors que les règles de distanciation physique ne peuvent être garanties ».  
    Tous ensemble, nous avons tenu bon. Ne baissons pas la garde jusqu’à la fin de l’épidémie ! 
     

  • 19 mars 2020

    COVID-19 Les entreprises de sélection génétique et de reproduction animales assurent la continuité des activités essentielles à la production agricole

    COVID-19 les entreprises de sélection génétique et de reproduction animales assurent la continuité des activités essentielles à la production agricole

    Suite aux mesures de confinement décidé par le gouvernement pour lutter contre la propagation mondiale du Covid-19, les entreprises de sélection génétique et de reproduction animales ont déclenché un plan de continuité d’activité pour répondre aux besoins impératifs des éleveurs et de la production agricole, tout en préservant la santé de leurs salariés, des éleveurs et de leurs familles.

    En tant qu’entreprises de services aux éleveurs, pilotées par des éleveurs, notre mission est d’assurer la reproduction des animaux de manière à garantir dans les mois à venir les naissances qui permettront de produire du lait et de la viande.

    Dans le respect des mesures barrières sanitaires en vigueur, nous maintenons la continuité de service pour la production de semence, le transport et la livraison des doses de semences, l’insémination, le génotypage ainsi que toutes les activités support indispensables à la bonne réalisation des actes en élevages, dans les stations de mâles et dans les laboratoires. Ce maintien de service est rendu possible grâce à une réorganisation et une simplification du  travail des techniciens en recherchant la plus grande autonomie dans la réalisation des actes techniques, permettant de limiter au maximum les situations de contact physique et d’échange avec les éleveurs. La tension qui apparait au fil des jours pour garantir le service nécessite néanmoins que toutes les mesures soient mises en œuvre pour que le technicien intervienne le plus efficacement possible : isolement des animaux, bonne contention, matériel pour gérer les déchets.

    Les autres services impliquant des contacts physiques, non indispensables ou qui peuvent être repoussés, sont suspendus jusqu’à nouvel ordre.

    Face à cette situation exceptionnelle, nous nous engageons pour ne pas rompre un des maillons indispensables à la production alimentaire et remercions nos salariés pour leur professionnalisme et leur dévouement pour rester aux côtés des éleveurs.

     

    Ces dispositions sont prises à date et sont susceptibles d’évoluer en fonction de la situation épidémique.

  • 23 avril 2019

    Certificats de qualification professionnelle de la branche : la première formation de professionnels évaluateurs a eu lieu !

    Certificats de qualification professionnelle de la branche : la première formation d'évaluateur a eu lieu !1

    Pour accompagner les mutations de l’élevage et renforcer l’attractivité des métiers, les partenaires sociaux de la branche sélection et reproduction animales (SNCIA d’une part, et la FGA CFDT et l’UNSA2A d’autre part) ont signé, le 3 octobre 2017, un accord national relatif à la création de deux Certificats de Qualification Professionnelle (CQP) : Technicien Conseil en Gestion de la Reproduction Animale (TCGRA) et Animateur de Techniciens d’Insémination en Reproduction Animalière (ATCRA).

    Dans le cadre du déploiement de ces CQP, les professionnels évaluateurs, qui interviennent dans l’évaluation finale des candidats, ont été formés le 17 avril dernier par OPCALIM.

    Soulignons par ailleurs que l’Anféia a obtenu le titre d’organisme évaluateur des CQP de la branche par l’OPCALIM. A ce titre, l’Anféia pilote le dispositif d’acquisition des CQP et prend notamment en charge l’inscription des candidats ainsi que l’organisation et la réalisation des évaluations. Au-delà de l’accompagnement des candidats sur la démarche d’évaluation, l’Anféia vous propose également des parcours de formation sur mesure pour développer les compétences nécessaires à l’obtention du CQP.

    Des entreprises ont déjà engagé auprès de certains de  leurs salariés des démarches CQP. Pour ces derniers, c’est au cours du dernier trimestre 2019 que les jury finaux auront lieu pour la délivrance de ces CQP.

    La machine est désormais lancée !

    Pour tout renseignement n’hésitez pas à vous rendre sur la page dédiée aux CQP de la branche sur le site de l’Anféia, en cliquant ici