APIS-GENE - INVESTIR - INNOVER - VALORISER
> Actualités
Actualités

Actualité R&D de la filière des ruminants

  • 05|11|20

    Offre d'emploi - Valogène recrute un(e) gestionnaire de base de données en CDD

    Valogène recrute un(e) gestionnaire de base de données génomiques appliquées au milieu agricole pour renforcer temporairement son équipe.

    Vous retrouverez de plus amples renseignements ainsi que les modalités de recrutement dans le document ci-joint.

  • 30 octobre 2020

    Près de 500 000 exploitations recensées pour dresser le portrait de l’agriculture française

    Le recensement agricole, on compte sur vous !

    L’édition 2020 du recensement agricole se déroulera entre octobre 2020 et avril 2021. Toutes les exploitations de France métropolitaine et des départements d’outre-mer sont concernées.
     
    Organisé tous les 10 ans en France et simultanément dans tous les pays européens, le recensement agricole vise à collecter de façon exhaustive un nombre très important de données sur l’agriculture française et ses exploitants. Aucun autre dispositif ne permet d'obtenir des informations avec un tel degré de précision et d'exhaustivité sur ce secteur majeur de notre économie.
     
    Précise et complète, cette photographie régulière de l’agriculture française permet d'alimenter des travaux de comparaisons internationales, de recherche, de prospective, d'éclairage pour la conduite des politiques publiques, – mesure des transformations, aides aux agriculteurs, aménagement du territoire, labels de qualité, etc. - et représente une aide précieuse mise à disposition du monde agricole et de ses partenaires dans leurs prises de décision.
     
    Une très grande majorité d’exploitants pourra directement répondre au questionnaire via internet, de manière totalement sécurisée. Par ailleurs, un échantillon d’environ 70 000 exploitants en métropole ainsi que l’intégralité des exploitants de Corse et des départements d’Outre-mer recevront la visite d’un enquêteur. Ils seront amenés à répondre, en plus du questionnaire de base, à des questions plus approfondies portant sur certaines thématiques.
     
    Le recensement agricole est organisé par le Service de la statistique et de la prospective et les services statistiques régionaux du ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation. Les données collectées dans le cadre du recensement agricole ne sont utilisées qu'à des fins statistiques ou des travaux de recherche scientifique ou historique. Leur hébergement sécurisé fait l'objet d'une grande attention.
     
    Le recensement agricole c’est simple et rapide.
    Pour plus d’information, rendez-vous sur recensementagricole2020.fr
     

  • 08 octobre 2020

    Daniel PERRIN, nouveau Président d’APIS-GENE

    Daniel PERRIN, nouveau Président d’APIS-GENE

    Monsieur Daniel PERRIN a été élu à l’unanimité Président de la SAS APIS-GENE, mardi 29 septembre 2020 à Paris. 
     
    Daniel PERRIN reprend le flambeau de Michel CETRE, éleveur de Montbéliardes retraité, qui a assuré pendant 10 ans la Présidence d’APIS-GENE, portant les messages de mutualisation et d’innovation au service des filières auprès de l’ensemble des acteurs publics et privés.
    Eleveur de Prim’Holstein en Meurthe-et-Moselle, Daniel PERRIN est très impliqué dans les filières d’élevage en tant qu’’administrateur de la CNE, d’Idele et du CNIEL, au travers de ses fonctions de Secrétaire général de la FNPL et de Président de la Commission Sciences et techniques du lait. Daniel PERRIN est animé par cette même volonté de maintien du collectif et met un point d’honneur à maintenir « la place des filières dans la génétique ».  Pour cela, il souhaite « faire connaître la recherche au grand public et valoriser rapidement sur le terrain ». 
     
    Bernard MALABIRADE, Président d’Allice, a été désigné pour représenter APIS-GENE au niveau du GIS Avenir Elevages et en assure par conséquence la Vice-Présidence. 

  • 05 juin 2020

    CP Allice/FCEL : COVID-19 : Toujours mobilisés, restons vigilants

    CP Allice/FCEL : COVID-19 : Toujours mobilisés, restons vigilants

    La France revit mais les mesures barrières restent essentielles pour garantir la santé de chacun et maintenir les services dans les élevages. La distanciation physique, le lavage des mains très régulièrement ou l’usage de gel hydroalcoolique, le port du masque par tous dès lors que les distances ne peuvent être respectées, restent de mise.  
    A l’heure du processus de déconfinement et de la reprise de toutes les activités, les entreprises de reproduction animale et de conseil en élevage appellent chacun au devoir de vigilance pour que les conseillers, techniciens, inséminateurs, contrôleurs, peseurs ou pointeurs puissent intervenir dans les élevages en toute sécurité. Elles rappellent qu’il est indispensable de respecter les mesures barrières mises en place depuis le début de l’épidémie qui, même si elles sont contraignantes, ont fait la preuve de leur efficacité. 
    Ces mesures ont permis notamment de maintenir sur presque tout le territoire le service de l’insémination, même pour les ovins et les caprins ; elles permettent aujourd’hui de reprendre toutes les interventions en élevage comme le contrôle des performances et le conseil en élevage, tout en préservant la santé des salariés et des éleveurs qui demeurent un enjeu majeur. 
    En l’état actuel, rappelons que l’épidémie n’est pas terminée, et qu’un cas détecté entraîne systématiquement un isolement de 15 jours, pour tout l’entourage professionnel et familial lorsque les mesures barrières n’ont pas été respectées. Ce qui signifie un arrêt, partiel voire total, de l’activité d’une équipe.  
    Dans la présente phase 2 du plan de déconfinement, le décret n° 2020-663 du 31 mai 2020 actualisant les mesures générales pour faire face à l’épidémie de covid-19 rappelle d’emblée que les gestes barrières et la distanciation physique «doivent être observées en tout lieu et en toute circonstance» et rappelle dans son annexe 1 que « Les masques doivent être portés systématiquement par tous dès lors que les règles de distanciation physique ne peuvent être garanties ».  
    Tous ensemble, nous avons tenu bon. Ne baissons pas la garde jusqu’à la fin de l’épidémie ! 
     

  • 19 mars 2020

    COVID-19 Les entreprises de sélection génétique et de reproduction animales assurent la continuité des activités essentielles à la production agricole

    COVID-19 les entreprises de sélection génétique et de reproduction animales assurent la continuité des activités essentielles à la production agricole

    Suite aux mesures de confinement décidé par le gouvernement pour lutter contre la propagation mondiale du Covid-19, les entreprises de sélection génétique et de reproduction animales ont déclenché un plan de continuité d’activité pour répondre aux besoins impératifs des éleveurs et de la production agricole, tout en préservant la santé de leurs salariés, des éleveurs et de leurs familles.

    En tant qu’entreprises de services aux éleveurs, pilotées par des éleveurs, notre mission est d’assurer la reproduction des animaux de manière à garantir dans les mois à venir les naissances qui permettront de produire du lait et de la viande.

    Dans le respect des mesures barrières sanitaires en vigueur, nous maintenons la continuité de service pour la production de semence, le transport et la livraison des doses de semences, l’insémination, le génotypage ainsi que toutes les activités support indispensables à la bonne réalisation des actes en élevages, dans les stations de mâles et dans les laboratoires. Ce maintien de service est rendu possible grâce à une réorganisation et une simplification du  travail des techniciens en recherchant la plus grande autonomie dans la réalisation des actes techniques, permettant de limiter au maximum les situations de contact physique et d’échange avec les éleveurs. La tension qui apparait au fil des jours pour garantir le service nécessite néanmoins que toutes les mesures soient mises en œuvre pour que le technicien intervienne le plus efficacement possible : isolement des animaux, bonne contention, matériel pour gérer les déchets.

    Les autres services impliquant des contacts physiques, non indispensables ou qui peuvent être repoussés, sont suspendus jusqu’à nouvel ordre.

    Face à cette situation exceptionnelle, nous nous engageons pour ne pas rompre un des maillons indispensables à la production alimentaire et remercions nos salariés pour leur professionnalisme et leur dévouement pour rester aux côtés des éleveurs.

     

    Ces dispositions sont prises à date et sont susceptibles d’évoluer en fonction de la situation épidémique.

  • 23 avril 2019

    Certificats de qualification professionnelle de la branche : la première formation de professionnels évaluateurs a eu lieu !

    Certificats de qualification professionnelle de la branche : la première formation d'évaluateur a eu lieu !1

    Pour accompagner les mutations de l’élevage et renforcer l’attractivité des métiers, les partenaires sociaux de la branche sélection et reproduction animales (SNCIA d’une part, et la FGA CFDT et l’UNSA2A d’autre part) ont signé, le 3 octobre 2017, un accord national relatif à la création de deux Certificats de Qualification Professionnelle (CQP) : Technicien Conseil en Gestion de la Reproduction Animale (TCGRA) et Animateur de Techniciens d’Insémination en Reproduction Animalière (ATCRA).

    Dans le cadre du déploiement de ces CQP, les professionnels évaluateurs, qui interviennent dans l’évaluation finale des candidats, ont été formés le 17 avril dernier par OPCALIM.

    Soulignons par ailleurs que l’Anféia a obtenu le titre d’organisme évaluateur des CQP de la branche par l’OPCALIM. A ce titre, l’Anféia pilote le dispositif d’acquisition des CQP et prend notamment en charge l’inscription des candidats ainsi que l’organisation et la réalisation des évaluations. Au-delà de l’accompagnement des candidats sur la démarche d’évaluation, l’Anféia vous propose également des parcours de formation sur mesure pour développer les compétences nécessaires à l’obtention du CQP.

    Des entreprises ont déjà engagé auprès de certains de  leurs salariés des démarches CQP. Pour ces derniers, c’est au cours du dernier trimestre 2019 que les jury finaux auront lieu pour la délivrance de ces CQP.

    La machine est désormais lancée !

    Pour tout renseignement n’hésitez pas à vous rendre sur la page dédiée aux CQP de la branche sur le site de l’Anféia, en cliquant ici

  • 01|02|19

    Lancement AAP APIS-GENE 2019

    Madame, Monsieur,

    Nous avons le plaisir de vous informer qu’APIS-GENE lance le premier Appel A Projets de son nouveau programme EGER 4.0 (2019-2022) avec une enveloppe maximale de 2 millions d’euros.

    Vous trouverez les détails de notre appel à projets et les modalités de soumission des manifestations d’intention sur notre site internet à l’adresse : http://www.apis-gene.com/appel-projets-2019.html

    Attention, les manifestations d’intention devront être réceptionnées par email à l’adresse administration@apisgene.fr :

    - avant le 15 Mars 2019 à 13h pour les programmesde Recherche (amorçage, R&D, finalisation) et de développements technologiques,

    - avant le 15 Avril 2019 à 13h pour les programmes de thèse.

     

    Nous vous remercions donc de bien vouloir diffuser largement cette information à vos équipes de recherches et serons ravis d’étudier vos propositions.

     

    Bien cordialement,

    APIS-GENE

  • 30 janvier 2018

    GenEval : top départ !

    L'équipe GenEval

    Les équipes GenEval ont intégré leurs nouveaux locaux en ce tout début d’année. Ils sont situés sur les hauts de Jouy-en-Josas, à 2.3 km du centre INRA. La nouvelle structure aura en charge les évaluations génétiques et génomiques des ruminants (bovins, ovins, caprins). Après une période de transition de quelques mois, au côté de l’UMT eBIS à Jouy et l’UMT GGPR à Toulouse, les calculs des valeurs génétiques des animaux (index) seront réalisés ensuite par GenEval.

    Le Règlement Zootechnique Européen (Règlement (UE) 2016/1012) du 8 juin 2016, qui doit être appliqué au 1er novembre 2018, a eu comme conséquence la réorganisation du dispositif génétique français. Les familles de ce dispositif ont réaffirmé leur volonté de garder une partie mutualisée, notamment les évaluations génétiques. Un nouveau service a dû être créé, et GenEval a ainsi vu le jour le 20 octobre 2017, association constituée par ALLICE et Races de France.

    Depuis le 8 janvier, une équipe de 9 personnes est en place : 5 généticiens (dont 4 avec une expérience au sein de l’UMT eBIS), 3 informaticiens (provenant de INRA-CTIG) et un directeur, Stéphane Barbier (issu de ALLICE-Valogene). Les locaux de GenEval sont situés à Jouy-en-Josas, à proximité du centre INRA, afin de favoriser les échanges avec les indexeurs actuels. En effet, la première mission de GenEval sera d’assurer le transfert des chaînes d’indexation, en collaboration avec les équipes actuellement en charge des évaluations, au sein des UMT eBIS (à Jouy-en-Josas) et GGPR (à Toulouse). Car à partir du 1er novembre 2018, c’est officiellement GenEval qui assurera cette mission. GenEval s’étoffera progressivement en fonction de ses besoins, notamment avec un « service clients » dès l’automne 2018.

    Outil de « back-office » au service de l’ensemble des futurs OS (Organismes de Sélection, tels que définis par le nouveau règlement européen), GenEval sera également en mesure de développer des évaluations génétiques pour des nouveaux caractères, et de produire des indicateurs et statistiques à des fins de gestion des programmes de sélection et de suivi des populations animales.

     

    Contact : contact@geneval.fr

     

    Légende photo (de gauche à droite) : Juliette Sinquin, ingénieure de recherche génétique, Thibault Grosse, analyste programmeur, Laure Hugues, ingénieure de recherche génétique, Alexis Demeure, responsable de l'équipe informatique, Stéphanie Minery, ingénieure de recherche génétique, Romain Saintillan, ingénieur de recherche et responsable de l'équipe génétique, Marine Barbat, ingénieure de recherche génétique, Stéphane Barbier, directeur.

  • 17 novembre 2017

    Alliance stratégique entre des acteurs majeurs de l'élevage français

    Alliance stratégique entre des acteurs majeurs de l'élevage français

    Dans un monde en mutation technologique, numérique, sociétale, réglementaire, Gènes Diffusion et Origen Normande, avec leur réseau de coopératives et le groupe Seenergi, renforcé par un pôle d’entreprises de conseil en élevage (Ecel), ont décidé d’unir leurs moyens pour relever les défis de demain et ainsi mieux répondre aux besoins des éleveurs et des filières.

    Vous trouverez ci-joint le communiqué de presse.

     

    Premier rang, de gauche à droite : Bernard Quandalle (président d'Oxygen Conseil Elevage), Pierre Vallance (président d'Optival), Estelle Mulet (vice-présidente d'Avenir Conseil Elevage), Thierry Hulmer (président de Seenergi Littoral Normand), Alain Guillaume (président de Gènes Diffusion), Vincent Leverrier (président d'Origen Normande), Jean-Paul Houis (pour l'ECEL Pays de la Loire). Deuxième rang, de gauche à droite : Isabelle Holvoet (directrice Avenir Conseil Elevage), Laurent Ferry (directeur de l'Union Opti Oxygene), Aurélien Michel (directeur d'Origenplus), Philippe Royer (directeur du groupe Seenergi), Michel Fouchet (directeur Apis Diffusion), François Desmons (directeur du groupe Gènes Diffusion) et Jean-Michel Fortin (Président Apis Diffusion) 

  • 13 novembre 2017

    Un nouveau président pour EuroGenomics

    EuroGenomics

    Nous vous prions de trouver ci-joint le communiqué de presse d'EuroGenomics annonçant d'une part la nomination de Søren Borchersen (directeur R&D chez Viking Genetics) comme nouveau président de la coopérative européenne en remplacement de Xavier David et d'autre part l'élection de Jean-Yves Dreau (Directeur général adjoint à Evolution) au Management Board d'EuroGenomics en tant que représentant de la France.

  • 23 octobre 2017

    COMMUNIQUE DE PRESSE ALLICE ET RACES DE FRANCE - Naissance de GenEval

    GenEval

    Veuillez trouver ci-joint le communiqué de presse d'Allice et Races de France annonçant la création de GenEval pour assurer le calcul des évaluations génétiques des ruminants dans le cadre du nouveau règlement zootechnique européen qui entrera en vigueur en novembre 2018. 

  • 25 septembre 2017

    Reproscope - L'observatoire de la reproduction des bovins en France

    Reproscope

    Le programme Reproscope ouvre ses premiers outils de performance de reproduction bovine. Cette plateforme innovante, qui accompagne les éleveurs de bovins laitiers et allaitants, a été réalisée en partenariat avec l'Institut de l'élevage, Allice, l'Inra, Oniris et FCEL.

    Pour en savoir plus :

    Plateforme de l'observatoire

    Publication sur le site de l'Institut de l'Elevage

  • 08 septembre 2017

    INTERBEV réitère sa demande de suspension de l'application du CETA

    Communiqué de presse INTERBEV - remise du rapport de la commission d'experts sur le CETA

    INTERBEV appelle le Président Emmanuel Macron à se coordonner avec ses homologues européens, pour annuler l'application provisoire du CETA, prévue initialement le 21 septembre prochain.

  • 04 août 2017

    Le ministère de l'agriculture dévoile les présidences des ateliers des États généraux de l'Alimentation

    Le ministère de l'agriculture dévoile les présidences des ateliers des États généraux de l'Alimentation

    Les États généraux de l'alimentation, lancés le 20 juillet 2017 par le Premier ministre s'articulent autour de deux chantiers, le premier consacré à la création et à la répartition de la valeur, le second portant sur une alimentation saine, sûre, durable et accessible à tous.
     
    Quatorze ateliers, dont un atelier transversal, se dérouleront entre la fin du mois d'août et la fin du mois de novembre.
     
    Les échanges au sein de ces ateliers associeront l'ensemble des parties prenantes : producteurs, industries agroalimentaires, distributeurs, consommateurs, restauration collective, élus, partenaires sociaux, acteurs de l'économie sociale, solidaire et de la santé, organisations non gouvernementales, associations caritatives et d'aide alimentaire à l'international, banques, assurances …
     
    Les ateliers seront présidés par des personnalités dont la compétence et la connaissance reconnue sur ces différentes thématiques favorisera l'émergence de propositions et d'initiatives concrètes et innovantes.
     
    Le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation, pilote des États généraux et l'ensemble des ministères compétents sont en charge de l'organisation de ces ateliers et en seront les rapporteurs ou les co-rapporteurs.
     

     

     

  • 20 juillet 2017

    Ouverture des États généraux de l’alimentation et de la plateforme d'information et de consultation des citoyens

    #EGalim

    Annoncés par le Président de la République en juin dernier, les États généraux de l’alimentation ont démarré aujourd’hui. Ils visent à :
    relancer la création de valeur et en assurer l’équitable répartition
    permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail par le paiement de prix justes
    accompagner la transformation des modèles de production afin de répondre davantage aux attentes et aux besoins des consommateurs
    promouvoir les choix de consommation privilégiant une alimentation saine, sûre et durable
    Ils s’organisent en deux chantiers, un premier chantier consacré à la création et à la répartition de la valeur et un deuxième chantier portant sur une alimentation saine, sûre, durable et accessible à tous.
    Le débat conduit dans le cadre des États généraux de l'alimentation associera l'ensemble des parties prenantes : monde agricole et de la pêche, industrie agroalimentaire, distribution, consommateurs, restauration collective, élus, partenaires sociaux, acteurs de l'économie sociale et solidaire, et de la santé, ONG, associations caritatives et d'aide alimentaire à l'international, banques et assurances.
    Les citoyens seront appelés à contribuer via une grande consultation publique permettant d’enrichir la réflexion.
    Elle sera ouverte le 20 juillet et s’achèvera à la fin du mois d’octobre. Quatorze ateliers thématiques se dérouleront entre la fin du mois d’août et la fin du mois de novembre. L'ensemble des attendus et contributions serviront à élaborer un agenda des solutions.
    Vous pouvez-vous d’inscrire d’ores et déjà sur la plateforme d’information et de consultation des citoyens https://www.egalimentation.gouv.fr/projects pour participez, votez, donnez votre avis, enrichir le débat et contribuer à construire l’agriculture de demain.